05/01/2015

2015 : l’année de la reconquête pour Ferrari ?

Après une saison 2014 très loin des attentes fixées par la direction de la Scuderia Ferrari, l’équipe de Maranello s’apprête à se lancer dans une nouvelle saison avec plusieurs importants changements à la clé.

En effet, suite aux mauvais résultats et à une ambiance maussade sur et en dehors de la piste, plusieurs têtes sont tombées ou parties et non des moindres. Exit Luca di Montezemolo, Stefano Domenicali, Marco Mattiachi (arrivé pour remplacer Domenicali en cours de saison) et Fernando Alonso. Le nouveau patron du groupe Fiat, Sergio Marchionne a donc frappé haut et fort pour relancer une machine qui s’était quelque peu grippée depuis 2 saisons. Avec comme point de chute, une saison 2014 qui fut la plus mauvaise depuis 1994, la Scuderia n’obtenant aucune victoire.

f1,formule 1,ferrari,sebastian vettel,fernando alonso,arrivabene,marchione,maranello,raikkonnen,mclaren

Le remplaçant de Luca di Montezemolo a tout d’abord choisi de nommer Maurizio Arrivabene pour remplacer le fidèle Stefano Domenicali qui n’apportait selon lui plus les impulsions nécessaires au bon fonctionnement de l’équipe. Puis, il n’a pas non plus hésité à laisser partir Fernando Alonso chez McLaren, l’Espagnol semblant à bout de souffle et démotivés par les performances de la monoplace conçue par les Rouges. Le faisant clairement ressentir dans les médias ou les réseaux sociaux, Alonso a donc joué à un jeu dangereux avec lequel il a fini par se brûler, n’ayant plus d’autre alternative qu’à quitter la famille Ferrari.
Car ce qui semblait impensable avait fini par arriver, Marchionne délogeant à la surprise générale Sebastian Vettel de Red Bull et signifiant ainsi à l’Espagnol qu’il y avait d’autres pilotes talentueux sur le marché. Cela tombait bien, puisque l’Allemand était lui aussi à la recherche d’une nouvelle motivation et qu’il s’entend parfaitement avec Kimi Raikonnen.

f1,formule 1,ferrari,sebastian vettel,fernando alonso,arrivabene,marchione,maranello,raikkonnen,mclaren

Nouveaux pilotes donc mais aussi nouveaux ingénieurs et nouvelle équipe dirigeante. De quoi se donner les moyens sportifs et humains pour revenir dans le haut du classement et viser quelques victoires cette saison, ce qui semble d’ailleurs l’objectif avoué.
De plus, en décelant un vide dans les règlements techniques qui a permis la levée du gel des moteurs, Ferrari aura la possibilité de développer et améliorer son moteur V6 pour 2015.

En conclusion, les tifosis devront garder les pieds sur terre car bien que les deux pilotes soient rapides et talentueux la future monoplace n’est pas encore attendue comme l’arme parfaite capable de jouer le titre, mais devrait être une voiture non moins dangereuse, pour ce qui sera peut-être une saison de transition avant le titre avec Sebastian Vettel en 2016 ?

13/05/2014

Le classement spécial du blog : « Driver of the Race Espagne»

Best of du GP d'Espagne

casque or.jpg
1.Sebastian Vettel : 5 points et casque d’or
Bien qu’il n’ait pas remporté le Gp d’Espagne, je me suis autorisé à accorder la place de « Driver of the Race » à Sebastian Vettel. En effet, l’Allemand après été la victime de plusieurs incident techniques (boîte de vitesse) et finalement rétrogradé 15ème sur la grille de départ, nous a gratifié d’un très bon Grand-Prix. Auteur de plusieurs beaux dépassements dans une course bien peu animée, il a également été l’auteur d’une superbe remontée jusqu’à la quatrième place aux pieds du podium. Signant au passage le meilleur tour en course, il s’est rappelé aux bons souvenirs de ses adversaires et risque d’être dangereux pour le reste de la saison.

casque argrent.jpg
2. Lewis Hamilton : 3 points et casque d’argent
Oui, il a gagné. Oui il était en pole-position. Alors on dira que sa course fut presque parfaite, avec sa « résistance » en fin de course contre Nico Rosberg. L’entente « cordial » entre les deux hommes sur le podium semblait en tout cas pas des plus belles. Il ne lui manquait plus que le meilleur tour, pas si mal pour quelqu’un qui se plaignait de la mauvaise tenue de la voiture en fin de course. Alors il est vrai que j’aurai pu lui décerner la première place au classement, mais l’Anglais aura certainement encore d’autres possibilités dans la saison. Et cette fois-ci avec le meilleur tour en plus…

casque bron.jpg
3. Romain Grosjean: 2 points et casque de bronze
Après un début de saison très difficile, le Franco-Genevois a enfin pu terminer une course dans les points. Auteur de très belles qualifications avec une 5ème place sur la grille, Grosjean a prouvé qu’il avait le talent nécessaire pour pousser une équipe vers le haut et dominer son coéquipier de la tête et des épaules (il est vrai qu’il a déjà connu coéquipier plus fringuant avec Alonso ou Räikönnen dans le passé). Ne commettant aucune faut au départ et tirant le maximum de la voiture, il a complété le Grand-Prix à la meilleure place possible pour cette Lotus qui manque encore cruellement de repères. Un bon début pour sa saison européenne.

Les Malus du GP :
flèche.jpg
-5pts: Pastor Maldonado
Encore une fois voudrait-on dire, le Vénézuélien a montré toute l’étendue de son talent…pour les accrochages. Parti à la faute en qualifications, il est classé en dernière position sur la grille, après que ses mécaniciens eurent réparé sa monoplace. Non content de remonter un peu après le départ, il a trouvé bon de s’accrocher avec le jeune Suédois Ericsson, qui avait pourtant une bien moins bonne voiture. Pénalisé de 5 secondes et de deux points sur son permis, on se demande bien à quoi il sert en Formule 1, mis à part pour payer les baquets et les évolutions de l’équipe Lotus à Grosjean.

-3pts : Esteban Gutierrez :
L’équipe Sauber et son pilote Mexicain arrivaient à Barcelone remplis d’espoirs. Ils repartent de Catalogne, plein de doutes et certainement encore plus fragiles qu’à leur arrivée. En effet, l’écurie Suisse misait gros sur ce GP d’Espagne pour refaire un bond en avant pour remonter dans la hiérarchie et bénéficier des nouvelles améliorations et de la baisse du poids de la voiture. Or, il en a été tout autrement. Estéban Gutierrez pourtant bien parti dans les premiers tours avec une 11ème place provisoire a par la suite connu toutes les difficultés du monde, jusqu’au point de se faire dépasser par son coéquipier Sutil (pourtant plus lourd et lui cédant 2 dixièmes par tour à cause de son poids). Il terminera finalement juste devant les Marussia et Caterham. Course à oublier pour lui.

-2pts : Felipe Massa:
Dominé par son jeune coéquipier en qualifications, le Brésilien a ensuite sombré dans les profondeurs du classement, en terminant hors des points et derrière les deux McLaren-Mercedes. Eprouvant des difficultés avec ses pneus et semblant usé en fin de course, Massa va devoir se reprendre dès le GP de Monaco, s’il ne veut pas donner l’impression d’être dominé sur le long terme par Valtteri Bottas.

Au classement Général de notre classement, on remarque que Lewis Hamilton reste largement en tête devant Rosberg. En bas de classement Maldonado et les pilotes Sauber continuent leur plongée..

Classement Général Dtiver of the Race 5/19

1. Hamilton 18 pts
2. Rosberg 10 pts
3.Hülkenberg 3pts
4. Alonso 3 pts
5. Ricciardo 2 pts
6. Pérez 2 pts
7. Kvyat 2pts
8. Vettel 2 pts
9. Grosjean 2 pts

10. Magnussen 1 pt

11. Button 0pt
12. Bottas 0pt
13. Ericsson 0pt
14. Chilton 0 pt

15. Massa- 2pts
16. Raikonnen -2pts
17. Bianchi - 3pts
18. Vergne – 5pts
19. Kobayashi – 5pts
20. Gutierrez – 6pts
21. Maldonado - 10pts
22. Sutil -12pts